Les impacts positifs de l’interdiction des cartes de crédit pour les jeux d’argent en Grande Bretagne

interdiction des cartes de crédit

Il y a un an, en 2020, la Grande Bretagne avait décidé d’interdire l’usage des cartes de crédit pour payer les jeux d’argent. En 2023, un rapport complet et détaillé devrait sortir. En attendant, une évaluation intermédiaire a été publiée il n’y a pas longtemps et les résultats semblent plutôt bons. Zoom.

Les effets de la prohibition des cartes de crédit au sein des paris et autres jeux

Initié par le régulateur britannique du jeu UKGC (United Kingdom Gambling Commission), la mesure d’interdiction des cartes de crédit pour le paiement des jeux d’argent et de hasard a été prise afin de réduire l’impact négatif notamment la dépendance dans ce domaine. Et d’après le rapport intermédiaire, les effets sont positifs. La mesure semble avoir fait du bien aux joueurs britanniques qui ont été interrogés. Ils étaient 2 000 à subir l’enquête en particulier des jeunes de plus de 18 ans.

Déjà, la mesure a permis aux joueurs d’améliorer leur comportement face aux jeux. Depuis que les cartes de crédit ont été interdits, ils ne jouent plus que lorsqu’ils en ont vraiment envie et non parce que les moyens le leur permettent et leur facilitent la tâche.

De plus, cela leur a permis de jouer à un temps défini et à la limite de leurs possibilités financières en poche. Ils ont ainsi plus de conscience pour pouvoir s’arrêter de jouer à un moment donné alors qu’avant, ils pouvaient presque tout se permettre avec leurs cartes.

Le rapport montre aussi que le nombre d’emprunts n’a pas vraiment diminué auprès des banques, mais que désormais, les joueurs utilisent l’argent liquide qui est disponible entre leurs mains pour jouer et non autre chose. Par ailleurs, les banques ont rapporté que les opérations financières depuis les comptes bancaires vers les fournisseurs de jeux ont largement diminué.

Par contre, les retraits dans les guichets automatiques via les cartes de crédit restent les mêmes qu’avant. Néanmoins, le signalement d’usage d’argent illicite n’a pas augmenté depuis que la mesure à été prise.

Enfin, on n’a enregistré aucune hausse des transferts d’argent par carte de crédit durant les 3 mois qui ont suivi l’application de l’interdiction.

Le régulateur UKGC prévoit une évaluation plus détaillée et plus complète en 2023

Ces effets positifs que nous venons de citer sont le résultat d’une étude encore simple. Certes, on parle de casinos en ligne et terrestres ainsi que de jeux, de parieurs et d’éventuelles problématiques de jeu, mais l’UKGC a tenu à approfondir ses recherches pour donner un résultat plus complet.

Le rapport intermédiaire provient d’une enquête via le dispositif Online Tracker du centre de recherche 2CV. Ce dernier a pu déployer un système en ligne étalé sur 8 jours avec une trentaine de répondants.

Maintenant, l’UKGC a chargé NatCen de mener une enquête plus approfondie jusqu’en début d’année 2023. Les résultats seront combinés à ceux de ce rapport intermédiaire et permettront d’avoir une vue d’ensemble plus précise sur l’impact réel de l’interdiction des cartes de crédit dans les jeux d’argent. L’objectif étant d’améliorer la protection des joueurs.

Identifier les joueurs à problème et protéger les parieurs en général

D’après Andrew Rhodes, directeur interim de la UKGC, le but de la commission est de protéger au mieux les joueurs. Il a aussi expliqué que ces résultats positifs du rapport intermédiaire sont plutôt encourageants et les incite à poursuivre leur action d’identification des jeux problématiques et de protection des parieurs pour qu’ils ne tombent pas dans ce piège.

Il a aussi ajouté que cette mesure sur les cartes de crédit a bel et bien permis de diminuer les emprunts liés aux jeux. Désormais, il espère du nouveau rapport de NatCent attendu pour 2023 plus de détails. Ce qui permettra de mettre en place une politique améliorée en ce qui concerne les jeux d’argent en Grande Bretagne.

Pour l’heure, l’UKGC constate que les titulaires de comptes qui ont le plus de dettes à payer à la banque sont surtout les parieurs qui utilisent leur carte de crédit. En l’interdisant dans le milieu du jeu, le régulateur espère rétablir progressivement l’équilibre et diminuer encore plus le niveau d’emprunt des joueurs.

D’ailleurs, la mesure ne s’applique pas seulement dans le domaine du jeu. Certains opérateurs de portefeuilles numériques ont déjà commencé le blocage systématique des opérations liées aux cartes de crédit pour à peu près les mêmes raisons : protéger les utilisateurs.

Maïa Ivanov

Amatrice des casinos en ligne, je suis, sans nul doute, une parieuse inconditionnelle. J’ai commencé mon expérience en tant que croupière au sein de véritables casinos terrestres, ce qui me permet de bénéficier d’une véritable expérience dans ce milieu. Ayant offert mes services auprès d’entreprises de renom pendant plusieurs mois, j’ai préféré collaborer sur des sites de jeux d’argent en ligne au profit de Delentredeux.fr.