Ⓒ Gérard Nicolas

 

|

est-ce-que ce qui est loin s'eloigne de l'etre humain

 

Création au Festival de Marseille en 1999

Avec : Brigitte Asselineau, Raphaël Cottin et Raphaël Soleihavoup


La pièce elle-même est précédée d'un préambule de 20 mn au cours duquel Daniel Dobbels lit sur scène un texte sur Oskar Schlemmer et son oeuvre, accompagné d'extraits vidéos et de séquences dansées.

Cette pièce est à la fois une approche et une sorte de plan de coupe de l’oeuvre picturale et chorégraphique d’Oskar Schlemmer. Sa composition s’inspire, mais d’une manière toujours indirecte et allusive, des représentations du corps, du sens de l’espace et, surtout, du temps propre au créateur du Ballet triadique. Ce temps est singulier : il semble immobilisé mais concentre aussi une richesse de mouvements et de gestes très purs et très dessinés. Cette géométrie, profondément réfléchie par Schlemmer, est toujours menacée par une sourde décomposition, par une forme d’évanescence, de trouble d’espace que sa peinture a portés au regard mais que ses scénographies conjuraient. Pour s’approcher, ne serait-ce que par instants, de cette oeuvre, la frôler, l’invoquer et l’évoquer, il était inévitable d’être traversé par ces mouvements contraires afin que le temps, relativement ralenti qui s’y développe laisse transparaître des “ instantanés schlemmeriens “ - des moments de visitation vécus et perçus comme d’intimes et rares moments de reconnaissance.

|