©Jean-Luc Grosbois

 

|

d'un jour a l'autre

D’un jour à l’autre est une suite irrégulière de 5 pièces :
Le plan mortel, La veine étreinte, Cette première lumière, Un temps simple, et De tous ces temps…

|

Le Plan mortel
Création au Festival d’Aldébaran-Baillargues en juin 2000

Avec :Brigitte Asselineau, Raphaël Cottin, Corinne Lopez, Raphaël Soleilhavoup
Musique : J.Blow, J.Dowland, Trabacci, Vivaldi


Danse d’un jour de deuil. Danse d’anamorphose où la mort passe près des corps mais ne s’y fixe pas, où chaque espacement gagné sur une toujours possible immobilité ouvre sur l’extrême délicatesse et inquiétude des premiers gestes, sur la peur initiale des premiers mouvements.

|

La veine étreinte

Création au Festival d’Aldébaran-Baillargues en juin 2000

Avec : Brigitte Asselineau, Corinne Lopez
Musique : Phil Glass, Schnittke


Composé à partir d’un même sens – jumeau, sororal – du temps, ce duo déploie la lente séparation de deux corps qu’aucune sensation fatale du temps ne peut définitivement éloigner.

|

Cette première lumière

Création au Théâtre Le Cratère à Alès les 9 et 10 novembre 2001

Danseurs : Brigitte Asselineau, Corinne Lopez, Julie Meyer-Heine, Anne-Sophie Lancelin¦
Environnement sonore : Françoise Michel


Pour cette pièce, Daniel Dobbels prend le parti d'inverser le cours habituel des choses et propose à Françoise Michel de créer un espace-temps de lumière qui lui est propre, intime et poétique, lié à son plus secret désir de lumières.
Puis la danse s'en approcherait, s'y fonderait pour être mieux touchée peut-être par ce qui est son coeur et son battement indicible.

|

Un temps simple

Création au festival Presqu’îles de danse au Théâtre de la Cité Internationale le 26 février 2002

Avec : Aurélie Barthaux, Raphaël Cottin

Musique : Z.Karkowski


Inspiré d’un thème obsédant le livre de Gombrowicz, La Pornographie, ce duo opposerait cette étrange suspension de temps qui définit l’adolescence au regard de ceux qui sentent ce qu’est la chute du temps.

|

De tous ces temps

Création les 6 et 7 décembre 2002 à l’Apostrophe, Scène Nationale de Cergy-Pontoise

Danseurs : Brigitte Asselineau, Rachel Bénitah, Raphaël Cottin, Corinne Lopez, Julie Meyer-Heine, Raphaël Soleilhavoup
Musique : Varèse, Ligetti, Liszt, Stockhausen, Bach, Bartok


En quête d’un autre temps, d’un autre sens de la temporalité, cette danse serait comme l’issue chorégraphique d’une traversée d’états que les danses précédentes auraient comme nouée et conjuguée, mais aussi ouverte sur une voie imprévisible : hasard, chance, mémoire, reprises, pertes, abandons et bonheurs aléatoires, il s’agirait, de cette carte ou cartographie, de redistribuer la donne. Donne inconnue tombant de tous ces temps…