Daniel DOBBELS

Chorégraphe, danseur et penseur de la danse, contributeur et témoin avisé de l’histoire de l’art, Daniel Dobbels trace au fil du temps une voie unique entre danse et écriture. Quel que soit son medium – le mot ou le geste -, il n’a de cesse de l’interroger pour s’approcher au plus près du sensible, dans une visée poétique de l’expérience humaine.

Ses pièces s’offrent comme des traversées intemporelles dans un espace réinventé par la danse. Avec les danseurs de sa compagnie, il mène une exploration minutieuse du geste, fouillant tous les états du corps pour faire émerger ce qu’il retient de plus intime. Du solo au septuor, il invente un art de la relation – de cet entre deux entre l’intérieur et l’extérieur, entre soi et le monde – à la recherche d’une danse qui soit “la justice du corps”.
Son parcours commence comme danseur pour Susan Buirge, et se poursuit pendant dix ans au sein de la compagnie Arcor fondée par Christine Gérard. Avec elle, il chorégraphie ses premières pièces tout en élaborant une œuvre personnelle riche d’une vingtaine d’opus à ce jour.
En 2000, il fonde la compagnie De l’Entre-Deux, reprenant d’abord quelques pièces marquantes comme L’Enfer (création 1987/ recréation 2000, quintet), Est-ce-que ce qui est loin s'éloigne de l'être humain?, trio inspiré de l’œuvre d’Oskar Schlemmer (création 1999/ recréation 2003 au Théâtre de la Ville de Paris), et She never stumbles, solo dansé par Brigitte Asselineau sur des chansons de Bob Dylan, présenté près de soixante fois depuis sa création en 1997. Il crée ensuite D’un jour à l’autre (2000-2003, “suite irrégulière de cinq pièces”), Ni/Et (2005, trio) et L’insensible déchirure (2006).
En 2007, il entreprend la création des Solitaires, série de quatre soli : L’Echarpe grise, avec Carole Quettier (commande la SACD pour le Vif du sujet 2007), suivis en 2008 par Parfois, la colère tombe avec Anne-Sophie Lancelin, Un temps rare avec Christine Gérard, et Les yeux blonds avec Aurélie Berland. A l’automne 2009, il crée Danser hors de soi (commande de la scène nationale de la Roche-sur-Yon) pour Dominique Petit.
A l’initiative de Michel Caserta, il rencontre le compositeur Gérard Pesson avec lequel il crée deux pièces réunissant les danseurs de sa compagnie et l’ensemble musical 2e2m sur scène : L’épanchement d’Echo (2007, sept danseurs, quatorze musiciens) et Danser de peur (2009, quatre danseurs et quatre musiciens), toutes deux commandes de la Biennale nationale de danse du Val de Marne. Au printemps 2010, il crée Une rencontre informelle (commande du festival Concordan(s)e), pièce poétique et chorégraphique avec l’écrivain Nicole Caligaris et Les plus courts chemins, pièce en trois parties pour cinq danseurs. En juillet 2011, il crée au festival d’Avignon A la gauche de l’espace, pièce pour deux danseuses inspirée par les cariatides. En décembre 2011, il crée Un son étrange, solo pour Adrien Dantou. Daniel Dobbels crée La fille qui danse solo pour Carole Quettier sur un texte de Alain Fleischer au festival d’Avignon en juillet 2012. Si(x) danseurs en quête d’auteur a été créée en automne 2012 au Forum du Blanc-Mesnil. Toutes ces créations sont le fruit d’un compagnonage au long cours avec de fidèles collaborateurs et partenaires. Elles jalonnent un ensemble de parcours menés sur la durée, entre création et transmission, au sein de théâtres qui ont accueilli la compagnie en résidence : L’apostrophe-scène nationale de Cergy-Pontoise (2004), l’Espal-scène conventionnée du Mans (de 2002 à 2010), Le Centre de développement chorégraphique de Dijon-Bourgogne (de 2008-2011), Le Forum-scène conventionnée de Blanc-Mesnil (depuis 2009).
Parallèlement à ses créations chorégraphiques, Daniel Dobbels a toujours écrit sur l’art. Il crée la revue Empreintes, revue pour la danse en 1977, entre au comité de rédaction de la revue Lignes (1987-1999), est critique d’art pour Libération (1982-1992), chroniqueur pour les émissions Panorama (1987-1997) et Tout arrive (2003-2007) sur France Culture. Il publie également de nombreux ouvrages sur l'art et la danse comme récemment Le silence des mimes blancs (2006), Des gestes non mortels (2006) et Un art indécomposable (2007). Cent ans d’histoire de l’art à travers 100 ans de danse contemporaine paraîtra prochainement chez Hazan.

© Jean Gros-Abadie

Bibliographie

Ouvrages individuels :

- Un art indécomposable,éditions Micadanses, 2007
- Des gestes non mortels,
éditions Micadanses, 2006
- Le silence des mimes blancs,
édition La maison d'à côté, 2006
- Nicolas de Staël, édition Hazan, 1994
- Brueghel, édition Maeght, 1994
- à tous deux inconnnu - Jean-Marie del Moral/Miquel Barcelo, éditions Actes Sud, 1992
- Robert Brandy, édition Artgo, 1990
- Martha Graham, éditions Bernard Coutaz, 1990
- Karine Saporta, édition Armand Colin, 1990
- Daniel Larrieu, édition Dis Voir, 1990
- Arrêts sur l'œuvre, La différence, 1988
- Jean Dubuffet: non-lieux, Galerie Jeanne Bucher, édition Galerie Jeanne Bucher, 1987
- Les impasses ou l'entrée du Mendiant, éditions Clivages, 1986

Ouvrages collectifs:

- Pas d'os, Avec Bernard Rémy,édition La maison d'à côté, 2009
- Autour de Francis Picabia - Avec Emmanuel Latreille, Carole Boulbès,Jean-Louis Meunier, Aleth Jourdan, édition Musée Bibliothèque Pierre-André Benoit, Alès, 2005
- Les Dali de Dieuzaide - Avec Jean Dieuzaide, édition Le Temps qu'il fait, novembre 2005
- Fulgurances: photographies de danse de Marion-Valentine - Avec Manuela Birmaghi, édition Cinq continents, Milan, 2004
- Danses tracées: dessins et notation des chorégraphes - Avec Laurence Louppe, Paul Virilio, René Thom et Jean Noël Laurenti, édition Dis Voir, 2005
- Danse et politique : démarche artistique et contexte historique - Avec Dominique Dupuy, Frédéric Pouillaude, Claude Rabant, édition CND, 2003
- Convoi vers l'est et retour - Avec Claude Pauquet, Claude-Alice Peyrottes et Alice Pauquet, Le Temps qu'il fait, 2002
- Robert Antelme, textes inédits sur l'espèce humaine, éditions Gallimard, 1996 -

Ouvrage collectif sous la responsabilité de Daniel Dobbels

- Mark di Suvero: rétrospective 1959-1991- Avec Marianne Moore, Claude Fournet, Musée d'art contemporain de Nice, 1991
- Richard Texier à la Villa Noailles - Avec François Carraman, édition Plume, 2000
- Revue Empreintes, écrits sur la danse :6 numéros de 1977 à 1980